DIPLOMATIE : Le consul d’Algérie à Alicante est décédé

Le consul adjoint et consul intérimaire au consulat d’Algérie à Alicante, Monsieur Rachid-edinne kamel Hannache, âgé de 64 ans, est décédé dimanche 26 décembre chez lui à Alicante, suite à un malaise cardiaque.

De notre correspondant en Espagne

« Un drame éprouvant pour sa famille bien entendu et pour la communauté Algérienne de la circonscription d’Alicante qu’il avait rejoint voilà 3 ans et demi. Sa grande compétence en tant que diplomate s’ajoutait à une expérience humaine et professionnelle considérable », nous a confié un fonctionnaire du consulat.

Rachid-edinne kamel Hannache a travaillé comme diplomate plus d’une trentaine d’années. Il avait occupé différents postes pour le ministère des Affaires étrangères. Il été chargé du protocole du feu Mohamed Salah Dembri, ministre des Affaires étrangères de 1993 à 1995. Le défunt devrait prendre sa retraite en juillet 2022.

Le diplomate algérien a assuré l´intérim de chef de poste à deux reprises depuis son arrivée au consulat d´Algérie à alicante en juillet 2018.

Le consulat d’Algérie à Alicante accueille et traite les dossiers de plus de 20.000 ressortissants. En plus des affaires courantes que gère le consulat, s´ajoutent notamment, le rapatriement des dépouilles des Algériens décédés à l’étranger, l’émigration clandestine, surtout depuis la forte croissance des sans-papiers en terre ibérique, ainsi que les soucis des voyageurs, surtout depuis la reprise des liaisons maritimes.

Alicante est la province avec le plus grand nombre d’Algériens enregistrés dans toute l’Espagne, avec une concentration d’un quart des données gérées par l’Institut national de statistique (INE). Sur les 60.942 citoyens résidant en Espagne, 15.811 vivent dans la province d’Alicante, soit 25 %.

On souligne par ailleurs que le consulat d’Algérie à alicante est resté plusieurs fois sans chef de poste lors de ces dernières quinze années. Pratiquement, aucun des consuls nommés à ce poste, n’avait réussi à terminer son mandat.

Ali Ait Mouhoub

L’article DIPLOMATIE : Le consul d’Algérie à Alicante est décédé est apparu en premier sur El Watan.

Powered by WPeMatico

2 total views, no views today

Grands moyens et usage bridé

Internet est devenu une nécessité de la vie au vu de la dépendance à laquelle sont soumis de nombreux services administratifs, économiques, culturels et de divertissement, et l’Algérie n’échappe pas au mouvement mondial pour adopter cette technologie révolutionnaire qui a fait du monde un petit village.

L’Algérie a engagé de grands efforts matériels et humains pour donner une assise aux TIC, notamment en modernisant les infrastructures des télécommunications, il reste néanmoins encore beaucoup à faire pour développer un contenu algérien à forte valeur ajoutée et fournir des services effectifs tournés vers les besoins du citoyen.

Invité au forum de la Radio nationale, Karim Bibi-Triki, ministre de la Poste et des Télécommunications, a avancé le chiffre de 39 millions d’abonnés à l’internet mobile et de 4,1 millions d’abonnés à l’internet fixe en Algérie. Cependant, le chemin reste encore long pour l’édification d’une société de l’information inclusive, où l’ensemble des citoyens ont recours à l’utilisation des TIC pour améliorer leur quotidien (travail, santé, éducation…).

Le contenu algérien sur le web reste limité en quantité et pauvre en qualité, ceci malgré la croissance phénoménale du nombre d’internautes algériens.

L’Arpce totalise 43,92 millions d’abonnés à internet, dont 91% (39,97 millions) le font avec un mobile. Les pages écrites (web et réseaux sociaux), les images et les vidéos représentent 65%, la télévision sur IP (Netflix et autres abonnements de même type) représente 25%. L’Algérie compte, aujourd’hui, plus de 24 millions d’utilisateurs Facebook, soit 55% de la population.

Pour la répartition selon le genre, 62% des utilisateurs de Facebook étant des hommes contre 38% seulement de femmes. Les utilisateurs de Facebook sont majoritairement des jeunes âgés entre 18 et 34 ans. Les centres d’intérêts liés aux divertissements et aux loisirs et activités sont tous deux en haut du podium.

Suivis de très près par les catégories : technologie, sports et activités d’extérieur, shopping et mode, affaires et industrie, famille et relations, gastronomie, fitness et bien-être. Les chiffres cités précédemment ne font que renforcer l’idée selon laquelle internet et les réseaux sociaux ont pris une place importante dans la vie des Algériens.

Mais aussi la nécessité pour les entreprises de renforcer leur présence sur le web. Avec l’avènement des influenceurs et des youtubeurs, la nouvelle génération semble naturellement attirée par une utilisation professionnelle des réseaux sociaux. Ils sont là pour parler de leurs journées, de leurs aventures et expériences et qui sont surtout assez suivis. 

Retrouvez l’intégralité de nos articles sur la version papier

L’article Grands moyens et usage bridé est apparu en premier sur El Watan.

Powered by WPeMatico

1 total views, no views today

Un ancien député du FLN condamné à 5 ans de réclusion pour espionnage

L’ancien député FLN Ahmed Belkacemi a été condamné à 5 ans de réclusion criminelle pour avoir «collecté et fourni des informations de nature à porter atteinte aux intérêts économiques et sécuritaires du pays», à l’ambassade d’Espagne. Lors de son procès en appel devant la cour d’Alger, il s’est présenté comme victime de la «vengeance» de son épouse qui l’avait dénoncé et du «clan Bouteflika» qui lui reprochait son «ralliement», en 2004, au candidat à la présidentielle Ali Benflis.

L’ancien député FLN de Tlemcen (2002-2007) Ahmed Belkacemi a comparu mardi, en fin de journée, devant la cour d’appel en matière criminelle à Alger, pour avoir «livré» des «informations de nature à porter atteinte aux intérêts du pays».

Condamné en première instance à 5 ans de réclusion criminelle, puis par la cour d’appel à 8 ans de réclusion, il a été déféré une seconde fois devant cette même juridiction autrement composée, pour un troisième procès, qui s’est terminé en début de soirée.

Selon l’arrêt de renvoi, les faits remontent à avril 2017, lorsque l’épouse de l’ex-député a dénoncé ce dernier, l’accusant d’avoir transmis des rapports secrets, au nombre de 36, dont certains avec plus de 12 pages, sur la situation politique, économique et sécuritaire du pays, ainsi que sur l’état de santé du défunt Président déchu, ses conseillers et ses activités à deux diplomates espagnols. L’enquête a abouti à l’arrestation du mis en cause et la récupération de nombreux documents, fichiers et communications via la messagerie téléphonique.

Devant la cour d’appel criminelle, ce dernier, ancien conseiller au ministère de l’Enseignement supérieur et au ministère de la Jeunesse et des Sports, puis représentant de la jeunesse algérienne au niveau de l’Union africaine, a nié les faits, mais la présidente lui a rappelé ses aveux devant le juge d’instruction. «Vous aviez reconnu avoir livré des informations aux deux diplomates (espagnols). Pourquoi cette contradiction ?» L’accusé : «J’ai dit que je leur donnais des informations que je collectais dans les journaux et sur les réseaux sociaux.»

Retrouvez l’intégralité de nos articles sur la version papier

L’article Un ancien député du FLN condamné à 5 ans de réclusion pour espionnage est apparu en premier sur El Watan.

Powered by WPeMatico

2 total views, no views today

Allègement des peines infligées à Abdelkader Zoukh

Les trois peines, allant de 4 à 5 ans de réclusion criminelle, retenues contre l’ancien wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, ont été allégées, pour être portées à des condamnations d’un an ferme, de 3 ans, dont 2 ans avec sursis, et 3 ans ferme. Les décisions ont été prononcées hier par la cour de Tipasa, dans le cadre de trois affaires liées aux biens immobiliers et fonciers accordés à l’ex-patron de la police, Abdelghani Hamel, et aux deux hommes d’affaires, Ali Haddad et Mahieddine Tahkout, pour lesquelles le procureur général avait requis une peine de 12 ans de prison ferme.

La cour d’appel de Tipasa a allégé hier les peines retenues contre l’ancien wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, dans le cadre de trois affaires d’«abus de fonction», de «dilapidation de deniers publics» et d’«octroi d’indus avantages», examinées le 25 décembre dernier, et pour lesquelles le procureur général avait requis une peine de 12 ans de prison ferme.

Ainsi, la cour a revu à la baisse la peine de 4 ans de prison ferme qui lui a été infligée pour avoir octroyé des biens immobiliers et fonciers aux enfants et à l’épouse de l’ancien Directeur général de la Sûreté nationale Abdelghani Hamel, en le condamnant à un an de prison ferme, assortie de l’annulation de l’acte de concession foncière industrielle de 7200 m2 accordée à Chahinez Hamel pour la construction d’une tour, à Bab Ezzouar.

Abdelkader Zoukh a, par ailleurs, bénéficié d’un allégement des deux autres peines de 4 et 5 ans de prison, prononcées contre lui pour avoir attribué des biens fonciers respectivement au patron de l’ETRHB, Ali Haddad, et à l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout.

Ainsi, la condamnation de 4 ans, dont il a écopé pour avoir accordé à Ali Haddad des concessions industrielles, a été portée à 3 ans ferme, et celle de 5 ans, qui lui a été infligée pour avoir attribué à Mahieddine Tahkout des concessions industrielles, a été maintenue, mais avec deux années de sursis.

Retrouvez l’intégralité de nos articles sur la version papier

L’article Allègement des peines infligées à Abdelkader Zoukh est apparu en premier sur El Watan.

Powered by WPeMatico

2 total views, no views today

L’instruction de l’affaire Khalida Toumi bouclée

L’ancienne ministre de la Culture Khalida Toumi a été arrêtée à la suite d’une lettre anonyme, pour des soupçons de «dilapidation de l’argent public», «abus de fonction» et «octroi d’indus avantages à autrui». L’instruction dans son affaire est terminée et le procès de Mme Toumi devrait être programmé pour «bientôt», annonce son avocat, Boudjemaa Ghechir.

Elle est en détention provisoire à la prison d’El Harrach depuis le 4 novembre 2019. Khalida Toumi a bouclé ces deux années en prison. Une longue période qui est assimilée, selon sa défense, a une «condamnation». Le fait nouveau aujourd’hui est que l’instruction est terminée et, normalement, le procès de Khalida Toumi sera «bientôt» ouvert.

C’est du moins ce que confirment ses avocats, précisant que le juge d’instruction a rédigé une ordonnance renvoyant l’affaire devant le tribunal, ce qui sous-entend que le procès de l’ancienne ministre de la Culture sera programmé dans les prochains jours.

«Le dossier de ma mandante a été gelé pendant un mois, son audition au fond n’a pas été programmée et ses demandes de liberté ont été refusées. Puis, en trois semaines, l’instruction a été clôturée, ce qui signifie que son procès est prévu dans quelques jours. C’est une bonne nouvelle», se réjouit Me Boujdemaa Ghechir, l’un des avocats de Mme Toumi. Me Ghechir et ses collègues n’ont cessé de dénoncer le «prolongement» de la détention provisoire «injustifiée» de l’ancienne ministre.

Une situation qui, s’offusquent-ils, est «contraire» aux dispositions de la Constitution et aux conventions internationales ratifiées par l’Algérie. D’aucuns s’interrogent sur le maintien en prison de Khalida Toumi depuis 2019.

Retrouvez l’intégralité de nos articles sur la version papier

L’article L’instruction de l’affaire Khalida Toumi bouclée est apparu en premier sur El Watan.

Powered by WPeMatico

2 total views, no views today

Louisa Hanoune dresse un bilan «désastreux» de l’année 2021

Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), a dressé hier, dans une vidéo publiée sur la page Facebook de son parti, un bilan qu’elle juge «désastreux» de l’année 2021 sur tous les plans, s’inquiétant du manque d’anticipation de l’Etat dans la gestion de la crise sanitaire, du recul des libertés démocratiques ainsi que de ce qu’elle appelle les «guerres» menées par le gouvernement contre les acquis sociaux.

Elle s’alarme de ce qu’elle considère comme une «attaque féroce» contre les acquis sociaux et les réalisations de l’indépendance du point de vue économique, estimant que le secteur public est aujourd’hui visé à travers le retour à la privatisation.

Elle note une incohérence : «D’un côté, l’Etat reprend les entreprises des anciens oligarques et, de l’autre, il expose le secteur public à la privatisation dont on connaît les résultats dévastateurs sur l’économie nationale.»

La loi de finances 2022, qui entrera en vigueur dès le 1er janvier, est, selon elle, rien de moins qu’une «guerre» contre la majorité des Algériens, notamment à travers la programmation de la suppression des subventions. Elle sera, selon elle, à l’origine d’une véritable «tragédie» dans notre pays.

Retrouvez l’intégralité de nos articles sur la version papier

L’article Louisa Hanoune dresse un bilan «désastreux» de l’année 2021 est apparu en premier sur El Watan.

Powered by WPeMatico

3 total views, no views today

Les soignants tirent la sonnette d’alarme à Tizi Ouzou

Avec la résurgence du coronavirus qui ne cesse de faire des victimes, les appels au respect des mesures de prévention se multiplient, surtout ces derniers jours, où on enregistre quotidiennement des dizaines, voire des centaines de cas de contamination dans la wilaya de Tizi Ouzou.

La recrudescence de la Covid-19 nécessite ainsi une plus grande vigilance, notamment avec le relâchement dans le respect des mesures sanitaires qui est toujours constaté aussi bien dans les villes que dans les villages. La situation épidémiologique est inquiétante, soulignent des soignants, qui estiment que le maintien de la distanciation sociale, le port de la bavette et l’utilisation des solutions hydroalcooliques sont plus que nécessaires.

«Vaccinez-vous et respectez les mesures d’usage. Le coronavirus tue», lance le Dr Rabah El Djama qui, lui aussi, vient de vivre une situation difficile après sa contamination à la Covid-19. «Je sors d’une passe, plus fort et plus déterminé à continuer ma mission et répondre aux attentes de mes patients», a ajouté ce médecin de la commune d’Iflissen, dans la daïra de Tigzirt, où la nouvelle vague de la Covid-19 a provoqué la psychose au sein de la population.

«Il y a des familles entières qui sont contaminées. Le nombre de patients hospitalisés ne cesse d’augmenter au niveau de l’EPH Ighil Lahriz», nous a confié un citoyen de cette région.

Le Dr Oualid Chaba, exerçant au niveau de l’hôpital précité, a, tout en réitérant l’exigence du maintien des règles de prévention, précisé que sans aucune mesure visant à arrêter la propagation du virus, «nous allons vivre une véritable hécatombe». «La tension sur les concentrateurs et les médicaments est déjà ressentie. Pas de place à l’hôpital et manque de sources d’oxygène», a souligné le même praticien qui ajoute que le personnel hospitalier est épuisé devant la propagation du virus.

Retrouvez l’intégralité de nos articles sur la version papier

L’article Les soignants tirent la sonnette d’alarme à Tizi Ouzou est apparu en premier sur El Watan.

Powered by WPeMatico

3 total views, no views today

Quand les chiffres faussent l’évaluation

Le document de 60 pages – scindé en quatre chapitres, à savoir les développements macroéconomiques en Algérie au cours de 2021, les perspectives à court et moyen termes, l’évolution de la pauvreté non monétaire en Algérie entre 2013 et 2019 et enfin une vue sur les enjeux liés à la gestion des risques de catastrophe naturelle en Algérie – semble pour le moment contesté.

Le dernier rapport de la Banque mondiale (BM) sur le suivi de la situation économique de l’Algérie, intitulé «Redresser l’économie algérienne après la pandémie», rédigé après avoir été soumis à l’appréciation du ministère des Finances, «particulièrement» remercié par les rédacteurs dudit document pour ses commentaires avant la publication, remet sur le tapis le débat sur les différents indicateurs de l’économie nationale.

Le document de 60 pages – scindé en quatre chapitres, à savoir les développements macroéconomiques en Algérie au cours de 2021, les perspectives à court et moyen termes, l’évolution de la pauvreté non monétaire en Algérie entre 2013 et 2019 et enfin une vue sur les enjeux liés à la gestion des risques de catastrophe naturelle en Algérie – semble pour le moment contesté. Même si aucune réaction officielle n’a été rendue publique à ce sujet, les conclusions de la BM sont «mal» appréciées. Le rapport est d’ailleurs jugé «erroné» par l’APS. Mais sur quelles bases ?

Justement, en réponse à cette question et au-delà de cette appréciation, faudrait-il souligner que la problématique des chiffres dans l’évaluation de l’économie nationale a toujours été soulevée. A maintes reprises, l’on enregistre des contradictions entre les déclarations des responsables sectoriels et des bilans des différents ministères. 

Retrouvez l’intégralité de nos articles sur la version papier

L’article Quand les chiffres faussent l’évaluation est apparu en premier sur El Watan.

Powered by WPeMatico

2 total views, no views today

Les prix du pétrole en hausse

Les prix du pétrole ont augmenté hier, les ruptures d’approvisionnement mondial et la baisse des stocks aux Etats-Unis compensant les craintes que l’augmentation des cas de coronavirus fait planer sur la demande. Les contrats se négociaient près de leurs plus hauts niveaux en un mois, aidés par la vigueur des actions mondiales.

Le brut Brent a atteint 79,20 dollars le baril au début de la séance de cotation, avant de se replier pour s’échanger à plus de 78 dollars le baril en cours de journée. Le brut américain West Texas Intermediate (WTI) a grimpé à plus de 76 dollars avant de se maintenir au-dessus des 75 dollars le baril.

Peu avant la publication des données officielles de l’Agence d’information sur l’énergie des Etats-Unis, l’American Petroleum Institute (API) a annoncé mardi, selon Reuters, que les stocks de brut américain ont chuté de 3,1 millions de barils au cours de la semaine terminée le 24 décembre.

Retrouvez l’intégralité de nos articles sur la version papier

L’article Les prix du pétrole en hausse est apparu en premier sur El Watan.

Powered by WPeMatico

2 total views, no views today

Le premier Salon Algérien des boissons est né

Indépendamment des expositions et foires internationales de grande envergure que la Société algérienne des foires et exportation (Safex) organise, celui des boissons (Bevalg) se fait désormais une place de choix.

Il est annoncé du 17 au 19 février prochain. En effet, la société Tadmsa Expo pour les Salons économiques a annoncé le lancement de la première édition du Salon algérien des boissons (Bevalg)  au Palais des expositions (Safex) d’Alger, à la mi-février prochain.

Cette nouvelle manifestation économique sera, pour sa première édition, l’occasion pour les professionnels de cette filière de présenter et promouvoir leurs derniers produits, en plus d’organiser des réunions et des partenariats, ainsi que l’échange d’expériences.

L’article Le premier Salon Algérien des boissons est né est apparu en premier sur El Watan.

Powered by WPeMatico

2 total views, no views today

For the Algerian community